lundi 10 mai 2010

TCHAD : Le Lac Tchad en danger de disparition

« L’agence spatiale américaine prévoit la disparition du lac Tchad dans
une vingtaine d’années si l’assèchement des rivières Chari et Logone per-
pétuent à ce rythme » La Direction du PLT dit quant à elle que l’assè-
chement du lac Tchad est un fait réel. Si rien n’est fait à part le
montrer du doigt ou parler de lui avec nostalgie, le lac disparaitra tout
simplement.

Ce n’est point un secret de savoir que l’humanité est dépendante de l’eau.
Mais cette même humanité représente une menace croissante pour cet or
bleu.Face a la persistance de la crise de l’eau potable qui s’accompagne
désormais du spectre de la soif, la communauté scientifique internationale
a lancé un cri d’alarme à la conférence mondiale sur la science organisée
par l’Unesco à Budapest. En effet, la rareté de la ressource, son inégale
répartition sur l’échelle du globe, le gaspillage,la pollution,l’explosion
démographique qui accentue la demande, le changement climatique, sont
autant de facteurs qui font peser sur l’humanité des menaces réelles
de pénurie d’eau mettant en péril l’agriculture et l’alimentation.La vie !

Au Tchad, en dépit du caractère vital de l’eau pour la vie humaine, les
fleuves Chari et Logone sont victimes d’un manque chronique de soutien poli-
tique, d’une mauvaise gouver-nance et de sous-investissement.Devenu accroc
à la guerre à répétition, le gouvernement du Tchad semble être bien peu
inquiet du manque d’eau potable qui fait défaut sur le territoire national.
Il est d’autant moins intéressé par la question de la fourniture immédiate
en eau potable maintenant que par ce qui attend les citoyens tchadiens au
tournant des années 2015-2020. Comment alors croire en l’administration
actuellement au pouvoir à N’Djamena ?

Pour le Parti libéral du Tchad, le « dossier eau potable » constitue un
moment d’arrêt pour prendre conscience de l’importance de l’eau. Cela nous
conduit à poser la question suivante : Quel est le plan d’action du gouver-
nement de N’Djamena comme réponse aux problèmes liés à l’eau potable ? En
raison de la précarité de la ressource, quels sont les fonds que N’Djamena
consacre aux problèmes liés à l’eau en comparaison aux sommes investies
dans « l’industrie de la guerre à répétition? Comment venir à bout des
crises alimentaires, économiques, environnementales et énergétiques sans
pouvoir réglées la question de l’eau ?

Sous un gouvernement issu du Parti Libéral du Tchad, des politiques d’adap-
tation aux changements climatiques (réorganisation des politiques agricoles,
constructions des digues et renflouement du lac Tchad etc.) seront proposées
et immédiatement appliquées pour sauvegarder les populations. Cette adap-
tation implique de répondre aux enjeux locaux telle que l’agriculture qui
est rattachée à la culture et aux valeurs locales. Le défi pour le Parti
Libéral du Tchad sera d’acheminer sur une grande échelle nationale les fonds
vers les populations à la base et vers des technologies pertinentes, appro-
priées et durables pour une agriculture rurale prospère.



Mika-L. Yondoloum
Parti Libéral du Tchad


Tchadiennes, Tchadiens, rejoignez le
le parti des Droits et Libertés :
Paix, Éducation, Emploi et Prospérité,
pour le vrai changement :
Prospérer au Présent et Investir dans l'Avenir

1 commentaire:

Anonyme a dit…

la preservation de l'environnement a un enjeu capital pour le monde entier de nos jours. nul n'ignore les catastrophes ecologiques de ces derniéres années y compris les problémes de la ressource en eau qui affectera les Tchadiens d'ici quelques dizaine d'année. le gouvernement tchadien doit mettre au premier rang les questions environnementales càd créer des projets, recruter les techniciens dignes de ce nom,développer des stratégies de protection de nos écosystèmes car l'eau est une denrée rare et pas d'eau pas de vie. bref la solution à ce problème dépend en primo de la volonté du gouvernement