vendredi 29 février 2008

TCHAD : Appel pour une paix veritable


Le Tchad a besoin de stabilité et de sécurité pour se développer
et prospérer. Et l'ensemble du peuple tchadien, les investisseurs
étrangers, les humanitaires et tous les touristes qui voudraient
venir visiter notre beau pays, le berceau de l'humanité, ne souhai-
tent qu'une seule chose : vivre en paix et arrêter de craindre le pire.

Il est donc impératif que soit mise en place au plus vite une paix réelle,
ancrée dans le dialogue démocratique, basée sur la compréhension
mutuelle et qui soit durable.Le Parti Libéral du Tchad implore donc à
nouveau les seigneurs de guerre du Tchad ennemis de la paix et tous
leurs maîtres à penser, aujourd’hui pris dans le « jeu de la violence
gratuite », de cesser définitivement leur manège qui ne fait qu'aug-
menter encore plus la souffrance déjà énorme du peuple tchadien.
Depuis les terribles combats meurtriers du 2 au 3 février dernier
à N’Djamena, la communauté internationale doit tout faire pour que
cet événement horrible et odieux serve à développer un véritable
sens des responsabilités à l'échelle de toute l’Afrique. Que l’UA
mette enfin ses culottes et qu’une résolution soit adoptée au plus
vite pour résoudre les différends par l'usage du dialogue et de la
non-violence.Le dialogue est la seule façon raisonnable et intelligente
de résoudre les différends et les conflits d'intérêts, entre les hommes
comme entre les nations. D'ailleurs, que fait-on après toute guerre?
On s'assoit autour d'une table pour discuter! Alors commençons par
dialoguer. Ayons enfin la sagesse d'éviter à tous les frais et douleurs
d'un conflit et de consacrer tout le temps autrement perdu à bâtir
et consolider la paix.

Promouvoir une culture de dialogue et de non-violence pour l'avenir
de l'humanité et de l’Afrique est un devoir auquel l’UA et la commu-
nauté internationale ne sauraient se soustraire. Il ne suffit pas, pour
les gouvernements, d'approuver le principe de la non-violence;
encore faut-il accompagner cette approbation d'une action concrète,
adaptée et susceptible de la soutenir et de l'encourager.

Si l'on veut que la non-violence l'emporte, il faut mettre en œuvre
des mouvements non-violents dotés de moyens aptes à leur
assurer le succès. Certains disent du vingtième siècle qu'il aura été
un siècle de guerre et de sang. Le Parti Libéral du Tchad croit que
le défi qui nous est lancé aujourd'hui est de faire du nouveau siècle
un siècle de dialogue et de non-violence. Par ailleurs, dans le règle-
ment des conflits, nous manquons trop souvent de bon sens et de
courage. Nous n'accordons pas toute l'attention qu'il faudrait aux
événements générateurs de conflits potentiels quand ils n'en sont
encore qu'à leur début.

Une fois que les circonstances ont évolué jusqu'à atteindre une très
lourde charge émotionnelle chez les populations ou les communautés,
il est extrêmement difficile, sinon impossible, d'éviter que la situation
explose. Le cas s'est répété maintes et maintes fois. Et une fois que
l'esprit de revanche ou de vendetta s'est instauré, il faut toutes les meil-
leures volontés du monde pour cesser le cercle de la violence.

Nous devons donc apprendre à détecter les signes avant-coureurs de
conflit et avoir le courage de traiter le problème avant qu'il n'ait atteint
son point critique. Le Parti Libéral du Tchad reste convaincu que la plu-
part des conflits entre les hommes peuvent trouver leur solution dans un
dialogue authentique, mené dans un esprit d'ouverture et de réconciliation.

C'est la raison pour laquelle, dans la recherche d'une solution au problème
de l’impulsion et de la violence gratuite, le Parti Libéral du Tchad ne cesse
de préconiser le dialogue et la non-violence pour décourager les grands
guerriers dont la présence serait beaucoup plus utile pour assurer la paix
en Irak, en Afghanistan, et ailleurs, et non dans les petites régions
du Tchad et d’autres pays d’Afrique où de paisibles citoyens ne demandent
qu'à vivre simplement. Par ailleurs, cela permettrait de recaser tous les
combattants qui voudraient servir une noble cause.

Mika-L. Yondoloum
Président du Parti libéral du Tchad
Email : pltchad_7@hotmail.com





Tchadiennes, Tchadiens, rejoignez le
Parti Libéral du Tchad,
le parti des Droits et Libertés :
Paix, Éducation, Emploi et Prospérité,
pour le vrai changement :
Prospérer au Présent et Investir dans l'Avenir

Forum de réconciliation nationale ouvert à tous
http://www.pltchad.com/forum-politique-tchad/index.php

2 commentaires:

LUCIANO MENDE a dit…

Le Tchad a besoin de stabilité et de sécurité pour se développeret prospérer. Et l'ensemble du peuple tchadien, les investisseursétrangers, les humanitaires et tous les touristes qui voudraientvenir visiter notre beau pays, le berceau de l'humanité, ne souhai-tent qu'une seule chose : vivre en paix et arrêter de craindre le pire.Il est donc impératif que soit mise en place au plus vite une paix réelle,ancrée dans le dialogue démocratique, ....?

Anonyme a dit…

Dakar, le 03 août 2008,

APPEL DU BRDS POUR L’INSTAURATION D’UN DIALOGUE NATIONAL AU TCHAD

Le 29 juillet 2008, je faisais un appel très largement diffusé, pour l’instauration d’un dialogue national dans mon pays, le Sénégal.
Inquiet de l’évolution des situations de crises dans mon pays, le Sénégal, j’ai pensé faire cet appel pour protéger mon peuple des souffrances des conflits.
Aujourd’hui, je lance un second appel, plus pressant que le premier :

C’EST UN APPEL DU BRDS POUR L’INSTAURATION D’UN DIALOGUE NATIONAL AU TCHAD.
Pourquoi un dialogue tchadien ? Parce que la paix recouvrée au Tchad, c’est une Afrique entière libérée de ses démons. Pendant 30 ans, des tchadiens ont tué des tchadiens. Au nom de la démocratie ? Au nom de la liberté ? Au nom d’une ethnie ? Non, non et non.
Au Tchad comme partout en Afrique, un africain ne tue son frère que parce qu’il est un intermédiaire entre des puissances du mal : Libye et Soudan, sous puissances à la solde de la France, des Etats-Unis et aujourd’hui, de la Chine. Et tout cela, au nom du seul DIEU, le DIEU pétrole car bientôt, il sera prouvé que le Tchad est un scandale pétrolifère.
La chanson était donc « divisons les pour régner et pendant qu’ils se battent, pompons leur leur pétrole ». Et les guerres se sont succédées des décennies sans que Tchadiens et africains n’en aient jamais très bien compris les raisons profondes. Les transhumances entre camps ennemis se passaient à la fin inaperçues. Votre adversaire d’hier pouvait être votre allié de demain. Les coups d’état se succédaient : le président est remplacé par son directeur de cabinet qui sera remplace lui-même par son chef de cabinet dont le chauffeur est membre de la future rébellion armée.
Qui étaient derrière tout ce capharnaüm, la Libye, le Soudan, la France et les Etats-Unis.
Toute chose a une fin, et DIEU merci, elle est arrivée. HISSEN HABRE VA ETRE JUGE.
A l’issue de ce jugement, un ou des coupables vont être identifiés et châtiés. Sans exception.
Le BRDS se porte partie civile et témoins à charge contre La France, les Etats-Unis, la Libye, le Soudan, le Tchad et l’Union Africaine. Pourquoi ? Pour non assistance à peuple en danger. Où étais-je, moi d’abord et où étaient tous ceux que j’ai cités plus haut. « Silence, on tue » avait on placardé sur le mur Tchad. Et Jean a tué Jacques, et Ahmet a tué Mariam. Pendant 40 ans et, les tueries avec rapt d’enfants en charters, continuent.
Puis, un beau jour, devant les veuves et les orphelins, la communauté internationale, moi en tête, nous décidons de désigner à la vindicte populaire un et un seul homme qui a, disons nous, chargé son fusil de 40.000 balles qu’il a lui-même fabriquées pour aligner et éliminer 40.000 tchadiens.
J’en ai tellement voulu à cet homme que je n’en dormais plus, je voulais à tout prix « sa peau ». Puis brusquement, en plaidant pour une paix dans mon pays, j’ai réalisé que le Tchad était aussi mon pays et plus que tout autre pays du continent, il avait besoin de RECONCILIATION NATIONALE. PARDONNER OUI, REPARER OUI, OUBLIER, NON.
Je me suis imaginé ayant égorgé dans mon arrière court, Habré. Alors, les questions, dans ma tête, ont plu: l’actuelle guerre va-t-elle être arrêtée et ai-je la certitude qu’il n’y en aura plus de nouvelle ? Les orphelins, les veuves et les veufs vont-ils retrouver l’être cher disparu ? tous les complices dans les rangs du pouvoir, dans l’opposition parlementaire, dans l’opposition armée, dans les organisations internationales, en exil ont-ils été débusqués et châtiés à la mesure de leur crimes ? Et enfin, last but not least, les commanditaires français, américains, les compagnies pétrolières telle Elf, les trafiquants d’armes, les libyens, les soudanais, les sénégalais, tous ceux qui ont participé de près ou de loin, directement ou indirectement, qui ont vu, entendu ou su et qui ont eu un silence complice, qu’en fais-je ?
HISSEN HABRE VA ETRE JUGE et, c’est là une opportunité extraordinaire et unique pour l’Afrique et le Tchad de rassembler ses fils égarés. Habré pénétrera humblement dans le tribunal, sans cohorte d’avocats et au nom de la communauté internationale, plaidera coupable pour non assistance à peuple en danger et demandera la clémence du tribunal.
Les victimes et leurs représentants se présenteront sans cohorte d’avocats pour retirer leur plainte contre Habré et déposer une plainte contre la communauté internationale pour non assistance à peuple en danger.
Les juges éteindront l’action contre Habré et condamneront le Gouvernement tchadien à accorder aux victimes le statut de pupilles de la nation tchadienne. En outre, la France, Elf, les Etats-Unis, la Libye et le Soudan devront solidairement dédommager toutes les victimes selon un barème que des voix plus autorisées que la mienne détermineront.
Loin de moi toute idée de chercher à monnayer la douleur. Je cherche tout simplement un moyen de compensation del’absence en entretien de sa famille qu’aurait procuré le défunt à sa famille. Par exemple, pour un médecin décédé en 1990, il sera reversé à sa famille l’équivalent de 16 ans de salaires augmentés d’un capital décès et de plusieurs autres primes que des cabinets d’expert détermineront.
Il faut que le jugement soit un prétexte à une réconciliation nationale, sinon jamais nous ne verrons le bout du tunnel.
Le Président Deby, tous les partis politiques, la société civile, l’Union Africaine, la communauté internationale, chacun en ce qui le concerne devra se faire violence pour qu’un consensus devant aboutir à une réconciliation nationale soit trouvée. Aucun sacrifice ne sera trop grand pour ce sacerdoce.
Nous demandons respectueusement à son Excellence, le Président Abdoulaye Wade, en tant que sage, de bien vouloir instruire ce dossier et, convaincre ses pairs africains. Cette victoire sera celle de toute l’Afrique exorcisée de ses démons et, cette expérience essaimera dans toute l’Afrique pour y porter un message de paix, de fraternité et de solidarité pour l’avènement d’une Afrique Unie.
Je demande humblement pardon à toutes les victimes et parents de victimes dont le cœur ne peut pardonner. C’est encore là un dernier acte qui fera de vous, les véritables libérateurs du Tchad et de l’Afrique, en mettant la fleur du pardon et de la réconciliation mais pas de l’oubli au bout des baïonnettes.
Vive le TCHAD.
LE SECRETAIRE GENERAL DU BRDS
PROFESSEUR EL HADJ HAMIDOU DIALLO