mardi 26 juin 2007

Rallumons la flamme de l'espoir pour le Darfour

L'histoire des quatre bougies

Qu'il est doux d'avoir un ami qui sait nous écouter et nous redonner confiance en l'Humanité. Hier, alors que je ressentais une profonde tristesse en moi à cause de mon impuissance face à toutes les violences et souffrances que subissent depuis des années les populations du Darfour et de l'Est du Tchad, dans une indifférence quasi-totale des grandes puissances qui pourraient faire cesser immédiatement tous les crimes de guerre et violations des droits des personnes en envoyant une force de la paix de l'ONU et de l'UA et en faisant tout ce qu'il faut pour que les belligérants arrivent à dialoguer et réussissent à ramener la paix et la sécurité dans toute la région, j'ai parlé à un des amis pour lui faire part de mes sentiments.

Il m'écouta un long moment sans rien dire, simplement compatissant à ma douleur et à la souffrance des populations civiles soudanaises et tchadiennes. Puis, après un long silence qui m'apparut interminable, il me dit de ne pas désespérer, que tous mes efforts et ceux de toutes les personnes de bonne volonté n'étaient pas vain quelles que puissent être les apparences, que la Communauté internationale avait finalement bien entendu tous les appels à la paix du Parti Libéral du Tchad et des diverses organisations humanitaires et que tous les Chefs d'Etat se mobilisaient maintenant tous en coeur d'un seul élan pour stopper le génocide, briser le cercle infernal de la violence et faire comprendre aux Présidents Deby Idriss Itno et Omar Hassan al-Bashir que la situation avait assez duré.

Je lui dis que tout ça n'était que de belles paroles pieuses, qu'actuellement des millions de personnes souffraient au Darfour, mouraient petit à petit de faim et de soif et risquaient leur vie à tout instant, que des centaines de milliers de réfugiés manquaient de tout au Tchad et étaient exposés quotidiennement à toutes sortes de violences, que les Tchadiens attendaient toujours la mise en place d'une démocratie digne de ce nom et d'un véritable Etat de droit et que je me demandais dans quel monde on vivait.

Sans arrêt, plein de gens s'indignent, à juste titre, de ce qu'ont fait les Nazis aux Juifs et à d'autres peuples pendant la deuxième guerre mondiale, il y a plus de 60 ans, condamnent tous ceux qui n'ont rien fait ou ont laissé faire sans broncher ces actes barbares. Mais que font-ils concrètement de plus pour mettre fin au génocide des populations africaines du Darfour? Pratiquement rien, à part quelques personnes de bonne volonté. Tout le monde semble indifférent ou impuissant. Ce qui s'est passé au Burundi et au Rwanda est en train de se répéter.

A quoi sert-il donc de se souvenir sans arrêt du passé, de condamner a posteriori les collaborateurs et de panser les plaies après si on n'arrive pas à prévenir et à juguler dès maintenant le génocide qui se produit actuellement sous nos yeux? Comment se fait-il que toutes les populations du monde entier ne se mobilisent-elles pas comme un seul homme pour dire "ça suffit maintenant"? Comment se fait-il que la Chine qui fait la promotion des Jeux olympiques de Pékin sous le slogan "Un seul monde, un seul rêve" ne fasse pas pression de tout son poids de grande puissance sur le régime soudanais? Comment se fait-il que tous les Etats de l'ONU qui ont dit "Plus jamais ça" laissent se dérouler de tels massacres de populations entières?

Mon ami continua à m'écouter. Puis, profitant d'un moment de silence, il me raconta une petite histoire, d'origine celte me dit-il, que j'aimerais partager avec vous.

L'histoire des quatre bougies...

Quatre bougies brulaient lentement. Leur ambiance était si douce que vous pouviez presque les entendre parler.

La première bougie dit : "Je suis la Paix, mais de nos jours, personne ne veut maintenir la flamme de la paix allumée." Alors la flamme de la paix diminua lentement puis s'éteignit complètement.

La deuxième bougie dit alors : "Je suis la Foi, mais de nos jours, personne ne me trouve plus indispensable, ni même nécessaire ou utile." Alors la flamme de la foi diminua lentement puis s'éteignit à son tour complètement.

Tristement, la troisième bougie dit : "Je suis l'Amour, mais je n'ai plus la force de rester allumée plus longtemps. Les gens me mettent de côté et ne comprennent pas mon importance. Ils oublient même d'aimer ceux qui sont les plus proches d'eux." Et sans attendre plus longtemps, la flamme de l'amour s'éteignit complètement elle aussi.

Soudainement, un enfant tout joyeux entra dans la pièce. Mais, voyant que les trois bougies ne brulaient plus, son regard devint tout triste et il se mit aussitôt à pleurer à chaudes larmes en disant : "Pourquoi vous ne brulez plus? Vous êtes censées rester allumées jusqu'au bout."

Alors la quatrième bougie dit doucement au petit garçon : "N'aies pas peur, mon enfant, parce que je suis l'Espoir, et tant que je brûle toujours, nous pouvons rallumer les autres bougies."

Avec les yeux brillants, l'enfant prit alors la bougie de l'Espoir et alluma les trois autres bougies.

Ne laissez jamais la flamme de l'Espoir s'évanouir. Avec l'Espoir dans votre coeur, quelle que soit la gravité de votre situation ou de la situation dans le monde, la Paix, la Foi et l'Amour peuvent briller brillamment à nouveau.

Puisse t-il cela être vrai! Alors allumons la flamme de l'Espoir dans toutes les villes pour que la Paix règne bientôt au Darfour et partout ailleurs dans le monde.





Mika-L. Yondoloum
Président du Parti Libéral du Tchad (PLT)
http://parti-liberal-du-tchad.blogspot.com/

Tchadiennes, Tchadiens, rejoignez le Parti Libéral du Tchad,
le parti des Droits et Libertés : Paix, Éducation, Emploi et Prospérité,
pour le vrai changement : Prospérer au Présent et Investir dans l'Avenir.

Forum de réconciliation nationale ouvert à tous : http://www.pltchad.com/forum-politique-tchad/index.php
















1 commentaire:

prof a dit…

hello
mettez vos infos sur jewisheritage.fr et inscrivez vous sur le forum
shalom
nous autres juifs sommes tres attaches au darfour